Le défi réussi de Stéphanie Gicquel est-il à ta portée ? (+ le hack ultra rapide pour faire presque pareil !)

On ne va pas parler argent.

Car je suppose que ce défi coûte bonbon.

Ni de la couche d’ozone.

Nous allons nous concentrer sur la performance sportive si tu le veux bien.

Mais d’abord : qui est Stéphanie Gicquel ?

Sportive de l’extrême, elle réalise des expéditions sportives engagées. Première Française à avoir couru un marathon autour du pôle Nord par -30 °C, elle a aussi traversé l’Antarctique via le pôle Sud sur 2.045 kilomètres en 74 jours par -50 °C.

Elle pratique aussi la course à pied sur ultra-distance.

Elle a remporté l’édition 2018 du Grand Raid du Morbihan, dont elle a couru les 177 km en 23 heures et 46 minutes.

Stéphanie Gicquel est également championne de France d’athlétisme (24 h sur route – 215,3 km).

Quel était son défi ?

7 marathons en 7 jours.

Sur 7 continents différents.

Voilà les 7 étapes :

Novo (Antarctique), le 31 janvier 2018
Le Cap (Afrique du Sud) le 1er février 2019
Perth (Australie), le 2 février 2019
Dubaï (Émirats Arabes Unis), le 3 février 2019
Madrid (Espagne), le 4 février 2019
Santiago (Chili), le 5 février 2019
Et pour finir : Miami (États-Unis), le 6 février 2019

Alors, cela peut te paraitre anodin comme performance.

Car on est habitué à voir des courses de plus en plus en longues.

Peut-être as-tu déjà été finisher sur une distance quasi équivalente.
Ou bien tu connais des ultras finischers.

Là où je trouve qu’elle fait fort c’est le temps moyen par marathon.

3 h 40.

Le plus long fut le premier, mais la distance était en fait d’environ 45 kms.

Mais surtout il a fallu gérer :

Les nombreux décalages horaires avec les nombreuses heures passées dans l’avion.

Ce qui ne facilite pas la logistique.

Et aussi les changements climatiques qui bouleversent ton horloge biologique.

Passer des -10 degrés de Novo en Antarctique aux 35 degrés du Cap en Afrique du sud, cela complique la course.
Car l’acclimatation est impossible.

Elle a tenté de pallier ce problème avec des entraînements en chambre thermique à l’INSEP.

Il y a aussi des petites surprises qu’il faut gérer sur place.

Comme pour le marathon de Perth où Stéphanie Gicquel a dû faire à des ravitaillements tous les 8 kms au lieu de 5 habituellement.

À Dubaï, en plus du fort taux d’humidité, il fallait gérer une course dont l’arrivée se faisait de nuit.

Je reviens sur la logistique.

Entre les heures d’avion, les passages à la douane, les attentes à l’aéroport, il fallait faire vite.

Parfois, Stéphanie Gicquel n’avait pas le temps de prendre une douche et utilisait des lingettes.

Alors bien sûr, il y aura toujours des esprits chagrins…

Qui vont dénigrer ce type de course.

Je t’invite à les mettre de côté.

Car ce sont des frustrés.
Mais qui aimeraient bien y arriver aussi.

La critique est toujours facile.

Et tu les vois facilement.
Notamment sur les réseaux sociaux ou forums.

Ils sont à fuir.

Ils passent leur temps à critiquer.
À dire que c’est nul.
Que cela n’a aucun intérêt.

Ils ne t’apportent que du négatif.
À fuir le plus vite possible.

Pourtant, il y aurait beaucoup à apprendre avec Stéphanie Gicquel.

Comment s’entraine-t-elle ?
Comment gère-t-elle ses courses ?

Maintenant, je t’ai parlé d’un hack ultra rapide !

Je vais en partie tenir ma promesse.

Il existe une autre version de ce défi sur 7 jours ou 7 continents.

La version semi-marathon.

21 kms par jour.

Ce qui est déjà beaucoup plus abordable.

Pour la majorité d’entre nous.

À une condition.

Laquelle ?

De quand même t’entrainer.

Et de le faire correctement.

Tu n’auras pas besoin de courir 21 kms par jour à l’entrainement.

Néanmoins, il va te falloir bien planifier tes séances.

Un peu de VMA pour maintenir ta vitesse.

Pas mal d’allure spécifique semi pour que ton cerveau enregistre TON allure en course.

Et beaucoup d’endurance pour renforcer ton foncier.

Sur le papier, cela parait simple.

Cela peut quand même l’être.

Tu n’as pas besoin de passer un doctorat en sport.
Ni de doubler ou tripler ton temps passé à l’entrainement au détriment de ta vie familiale.

Comment ?

Si un entraineur regarde et te guide sur tes entrainements.

Si tu as large panel de séances prêtes à l’emploi qui t’attendent dans un espace privé.
(et que tu n’as plus qu’à choisir laquelle tu vas faire tel ou tel jours)

Ou que tu puisses poser toutes tes questions à cet entraineur.

Soit par des échanges illimités par email.
Soit aussi à travers des séances de coaching de groupe.

Et en plus, cela fonctionne également pour préparer toutes tes courses de l’année.

Même si tu ne te lances pas ce défi.

Tu veux en savoir plus ?

Tout est expliqué sur cette page :

CLIC

Bon run,

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :
(mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec la méthode Rubik que je te propose ci-dessus)

banniére1