S’entrainer au feeling est une bêtise que ne fera plus le capitaine Haddock

Tintin, Milou, les Dupont, la Castafiore, ce sont des personnages qui ont bercé mon enfance.

Et bien sûr le capitaine Haddock.

Toujours maladroit celui-là.

Je ne compte plus les conneries qu’il a faites.

Heureusement qu’il n’a jamais été intéressé par la course à pied.

Tu pourrais lui dire de courir à telle allure qu’il serait incapable de se réguler seul.
(sauf si ce cher capitaine lit l’EnTraiNeuR)

Même après avoir passé plusieurs heures à le corriger.

Pire qu’un enfant.

À devoir le surveiller en permanence.

Mais on l’aime bien quand même 🙂

Il me répondrait certainement qu’il préfère courir au feeling…

Qu’il a besoin de liberté.

Qu’il se sent mieux à faisant ainsi.

Et qu’il croit que cela suffit pour progresser.

Même s’il voit qu’il est essoufflé au bout de quelques kilomètres.

Ou qu’il a des douleurs qui apparaissent par ici ou par là.

Et qu’il peste des jurons comme dans les livres quand un coureur passe à côté de lui en le laissant sur place.

« Bachi-bouzouk ! »

« Tonnerre de Brest ! »

« Espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille sabords »

« Moule à Gaufres ! »

« Mille Milliard de Mille Sabords ! »

« Bougre de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson ! »

« Mitrailleur à Bavette ! »

Si tu suis le même chemin que notre capitaine Hadock, tu vas te dégoûter de la course à pied.

Parce que tu ne verras pas trop de progrès se réaliser !

Tu auras plus souvent la tentation de stagner.

Alors oui, je connais des loustics qui vont me dire qu’un tel a réalisé un super chrono en ne s’entrainement qu’au feeling.

Mais cette vérité-là est biaisée.

Car souvent, le gars en question, il a plusieurs décennies d’expérience en course à pied.

Il se connait tellement bien qu’il peut donner sa fréquence cardiaque en plein effort à une unité près.

Et ne crois pas qu’il ait n’importe quoi à l’entrainement.

Il sait parfaitement les entrainements qu’il faut faire pour continuer à progresser.

À quelle vitesse les réaliser.

Il sait que mieux stimuler son corps à travers des entrainements variés est le bon chemin.

Le feeling, c’est pour les coureurs du dimanche…

Ceux qui n’ont à rien faire de savoir bien courir.

Souvent, ils préfèrent courir ainsi, car ils n’ont aucun but.

Et que la course à pied, c’est plus une obligation qu’une passion.

Ils aiment bien te balancer leur slogan qu’ils ont tous en commun : « ouais, mais moi, je cours uniquement pour le plaisir ! ».

(Même des coureurs plus réguliers se réfugient derrière cette idée…
… Pour ne pas à avoir expliqué pourquoi ils sont déçus de leurs performances)

Ensuite, ils ne comprennent pas pourquoi ils ne courent pas plus vite, ou plus longtemps.

Ils pensent désespérément que courir aux sensations va finir par provoquer le fameux déclic.

Alors, ils s’entêtent sur cette voie sans issue.

Parfois, ils vont diversifier un peu leur entrainement…

Par exemple, il vont rajouter un peu d’intensité.

Avec les séries de 30 / 30.

30 secondes rapide puis 30 secondes lent.

Ce fractionné est banalisé.

Et très probablement, c’est le premier truc que tu as à l’entrainement quand tu as décidé de mettre de l’intensité.

Mais cet exercice est tellement banalisé qu’il induit en erreur la majorité des coureurs.

Car il est facile à réaliser.

Il ne demande aucun matériel à part une montre.

Pourtant, c’est un exercice où tu ne peux pas faire n’importe quoi.

Où certaines intensités doivent être respectées.

Aussi bien à l’effort que durant la phase de récupération.

C’est extrêmement codifié.

Les travaux de Véronique Billat, physiologiste française, professeure des universités sont une référence sur le 30/30.

Les pourcentages des vitesses à tenir sont très précis.

Sinon tu t’éloignes trop du principe de cet entrainement.

Un exemple ?

Si durant la phase de récupération, tu marches, c’est cuit !

Si tu cours sur place, c’est mort aussi.

Et si tu cours en groupe et que tu n’es pas à ton tempo, mais plus sur celui du voisin, alors tu as aussi tout faux.

Le capitaine Haddock a compris ça maintenant.

Comme tu peux le faire en recevant le livret de l’EnTraiNeuR chez toi.

Il te reste 3 jours avant expédition.

Pas un de plus.

Et rien que sur le 30/30, tu vas ainsi savoir :

– Combien de séries tu dois faire au minimum pour rendre efficace cet entrainement.

– Quels sont les pourcentages exacts de ta Vo2Max pour ces séries.

– Les 5 avantages pour faire du 30 / 30.

– Pourquoi ce n’est pas un entrainement aussi anodin que l’on veut bien te le faire croire.
(et ce que cela implique sur ta récupération)

– Et pourquoi ce n’est pas un entrainement miracle que tu peux faire toute l’année.

– Je t’explique aussi comme calculer ta Vo2Max pour bien réaliser tes séances de 30/30.

Tu peux le réserver avant qu’il ne soit trop tard (3 jours encore) avec un clic par ici.

Ne viens chez moi que si tu es animé d’une motivation sans faille.

Ceux ou celles qui lisent, mais n’appliquent rien ne m’intéressent pas.

Bon run

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :
(mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec la méthode Rubik que je te propose ci-dessus)