Ne te trompe pas d’objectif !

Il est parfois compliqué d’avoir un objectif chronométrique pour une épreuve.

Surtout lorsqu’on n’a jamais évolué sur cette distance ou que l’on ne connait pas le parcours.

2 ou 3 côtes bien « placées » par l’organisateur et tes ambitions peuvent s’envoler.

Je te propose plusieurs cas de figure qui vont t’aider à mieux évaluer tes futures performances.

Par où commencer ?

Si tu débutes sur une épreuve, et que c’est ta première course sur cette distance, oublie le chrono.

On ne peut pas faire plus simple.

Ça ne sert à rien de te mettre la pression.

Ton seul objectif est celui-ci : finir, simplement terminer sa course, le mieux possible et avec l’envie de recommencer.

Et lorsque tu souhaites t’attaquer à une distance inconnue comme le marathon ?
(Notre programme « Marathons Réussis » arrive bientôt !)

Assure-toi d’avoir quand même de l’expérience sur les distances inférieures comme le semi et les 10 kms.

Rien n’est plus catastrophique que de brûler les étapes et de te lancer sur une épreuve dont tu n’as pas encore acquis une certaine légitimité.

L’augmentation des distances courues en compétition doit se faire dans le sens de la progressivité.

Et les longues distances nécessitent d’avoir une expérience sur le long terme.

Et si tu as un peu ou beaucoup plus d’expérience ?

Il y a une règle qui est établie et qui peut servir de base de calcul pour connaitre son potentiel sur une distance.

Elle est très simple : 1 km/h perdu à chaque fois que tu doubles double la distance.

Par exemple, si tu vaux 15 km/h sur un 10 kms, tu peux estimer courir le semi à 14 km/h, et le marathon à 13 km/h.

Mais attention, ce n’est qu’une règle théorique.
Et comme toutes les règles théoriques, elle a ses limites.

(Je t’en parlerais demain plus en détail…
… Tu auras droit à un topo sur le temps de soutien…
… Qui a autant d’importance que ta VMA…
Et qui conditionne tes performances)

Ta VMA justement ?

Effectivement, c’est un moyen pour connaitre ton potentiel.

Il y a de nombreux sites web qui proposent des correspondances chronométriques en fonction de ta VMA, donc je te laisse chercher si tu es curieux.

Ta VMA est indispensable pour calculer tes allures à l’entrainement, surtout si tu fais des compétitions sur route.

Même pour un coureur qui court pour le plaisir.

Pourquoi ce dernier est aussi concerné ?

Parce qu’il a besoin de réguler sa vitesse à l’entrainement.

Et s’il ne le fait pas, il ne sera jamais au bon tempo et commettra forcément des erreurs.

Une allure trop rapide par rapport à son potentiel l’amènera vers plus de fatigue.

Plus de fatigue entrainera plus de difficulté à récupérer.

Une mauvaise récupération finira par lui faire manquer 1 ou plusieurs entrainements parce qu’il se sent trop fatigué, ou qu’il n’a plus la pêche.

Et s’il persiste dans cette voie, il finira par se blesser.

(Une étude a montré que 70 % des runners se blessent durant leur carrière sportive…
Alors ne te crois pas supérieur aux autres, si tu fais de grosses erreurs, tu le payeras cash un jour ou l’autre…)

Et la limite de la VMA quand tu cherches à évaluer ton prochain chrono ?

Elle se heurte aux mêmes soucis que la règle du km/h perdu.

Avec là aussi ta capacité à tenir un certain pourcentage de ta VMA sur une longue durée.

C’est le sujet de demain.

En attendant ?

Si tu souhaites progresser en évitant au max les blessures…

Si tu veux apprendre les grands principes qui font de toi un coureur serein qui évite tous les écueils…

Comme un bateau le ferait en franchissant le cap Horn en sachant par où passer exactement…

Je te conseille de lire ces guides running qui se trouvent sur cette page et de les appliquer.

Ce qui te permettra d’éviter ces erreurs et de comprendre ceci :

– Pourquoi les séances en endurance t’apportent au moins autant de choses que les séances intenses, les séances en fractionnés…

Et tu sauras aussi quelle part exacte de ton entrainement consacrée à chaque type de séance.

– La fréquence idéale pour tester ta VMA.

Trop fréquemment est inutile, car tu ne laisses pas le temps suffisant à tes entrainements de faire effet.

Trop éloigné et tu es certain d’avoir les mauvaises informations qui vont alors te donner de fausses informations : tes allures à l’entrainement ne seront plus bonnes, ni même l’évaluation de tes futures performances dont on vient de parler.

– Ce que cela engendre comme points négatifs si tu ne changes pas de temps en temps de surface de jeu.

Si tu cours uniquement sur la route ou uniquement sur les chemins, tu te prives alors de développement de plusieurs de tes capacités.
Tous les détails sont expliqués ici.

– Quand tu peux courir en groupe et quand tu ne le peux pas…

Il y a des limites à connaitre lorsqu’on s’entraine en groupe.
Ce n’est pas une question de taille.

Mais en tant qu’entraineur, je constate une augmentation du nombre de coureurs qui ne peuvent pas s’entrainer seul et qui ont besoin des autres.

Ça peut être bien utile des fois, mais courir uniquement en groupe est une fausse solution qui ne résout rien…

Bon run

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous : (mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec le pack Runner & Trailer que je te propose ci-dessus)

>