Le changement, c’est toi qui le fais ! (au diable, les bonnes résolutions 2019 !)

C’est une période chargée de bonnes résolutions.

Après les traditionnels vœux pour la nouvelle année, voilà celui des bonnes résolutions.

« Je vais bien me préparer pour faire un marathon »

« Cette année, je m’entrainement sérieusement »

« Je vais exploser mes chronos en suivant un vrai plan d’entrainement »

« Je perds 5 kilos avant d’attaquer une préparation pour un ultra trail »

« C’est parti, je passe de 2 séances de running par semaine à 3 ! »

En as-tu pris des bonnes résolutions ?

Tu peux répondre à cet email ou ci-dessous dans les commentaires, je suis très curieux de les connaitre !

MAIS…

…. tu peux déjà les mettre à la poubelle !

Oui, tu as bien lu.

Les bonnes résolutions 2019 que tu as prises sont inutiles.

Pourquoi ?

Newpharma a réalisé une enquête sur les bonnes résolutions des Français.

Le résultat peut paraitre terrifiant.

2/3 des Français prennent des résolutions au changement d’année.

Mais seulement 5 % disent qu’ils les tiennent sur le long terme.

C’est dommage, mais ils ne sont pas allés plus loin dans leur étude.

Parce que la question logique qui arrive ensuite serait de savoir pour quelles raisons, ces résolutions ne sont pas tenues.

Alors, lesquelles ?

Alors je vais en avancer quelques-unes.
(j’avoue, j’ai fait des recherches sur le oueb)

Tu te souviens peut-être d’un des derniers emails que je t’avais envoyé sur la doctrine d’Emmanuel Macron.

Le fameux « en même temps »

Il revient ici !

« Pour parvenir à tenir ses bonnes résolutions, le mieux est de n’en prendre qu’une. »

C’est l’avis de la psychologue Sophie Achard.

Il est IMPOSSIBLE en effet d’arrêter de fumer tout en faisant un régime, et en allant courir trois fois par semaine.

Le « en même temps » est là aussi néfaste.

Donc, si tu as mis plusieurs résolutions autour de la course à pied, je t’invite à les revoir et à te demander lequel tu souhaites réaliser en priorité.
(et si tu retrouves plus l’email ou l’article sur Emmanuel Macron, fais-moi un signe, je te le renverrai)

Une autre raison : les yeux plus gros que le ventre

Être ambitieux, c’est bien.

Mais trop ambitieux, c’est l’effet inverse qui se produit.

Vouloir être performant sur 4 ultras trail dans l’année, ce n’est pas tenable.

Avoir envie de battre tes chronos chaque week-end n’est pas possible.

Tu dois avoir des objectifs ambitieux, mais aussi réalistes.

Tu te connais, tu sais très bien ce que tu peux faire de mieux sans changer radicalement de mode de vie.

Et si tu n’en es pas capable, tu peux demander l’avis d’une personne plus expérimentée ou d’un coach/entraineur.

Un avis externe peut s’avérer très utile.

Et cela peut aussi permettre de garder les pieds sur terre.

Oublie les objectifs chiffrés !

Voilà une autre raison qui peut pousser à l’échec les bonnes résolutions.

C’est le professeur Wieseman qui soulève ce problème.

Il conseille de se concentrer sur le résultat.

Tu vas comprendre avec un exemple.

Il vaut mieux dire « je vais améliorer mes chronos sur 10 kms ».
Plutôt que de dire « je vais faire mieux que 40 minutes sur 10 kms ».

Tu as plus de chance d’y arriver avec la première affirmation que la deuxième.

Alors, je ne connais pas les raisons profondes qui font la différence entre ces deux phrases.

Je peux quand même évoquer l’effet anxiogène d’avoir un objectif trop précis.

J’en ai fait plusieurs fois l’expérience.
Surtout à mes débuts.

Je me rappelle d’un 10 kilomètres où je voulais faire moins de 38 minutes.
À l’entrainement, je n’arrêtais pas de regarder la montre pour savoir si j’étais toujours dans le bon tempo.

Et en course ? Ce fut pire ! Constamment en train de faire le calcul et de regarder le chrono.
À plusieurs reprises, j’ai tenté, mais je n’ai pas réussi.

Pourtant, je suis descendu sous les 38 minutes.
Mais ce jour-là, j’avais simplement dit que je donnerais le meilleur de moi-même alors que 3 semaines avant, je sortais d’un marathon.

Comme quoi…

Il y a une autre raison qui fait que les bonnes résolutions ne marchent pas.

C’est la plus importante.

On aurait pu la mettre en premier.

Mais c’est très bien de finir par elle.

Ne pas avoir de méthode sur le long terme !

Trop de personnes veulent de meilleurs résultats sans vraiment rien changer dans leur routine.

Elles espèrent qu’en faisant à peu près les mêmes actions, elles obtiendront de bien meilleurs résultats.

C’est faux.

Si tu désires perdre du poids, commence par faire le ménage dans tes placards.

Car si tu conserves les boites de gâteaux, chocolats, ou autres friandises, tu finiras par être tenté par le diable.
(là aussi, j’ai rédigé un email/article sur le sujet, si tu le veux, réponds-moi simplement)

Si tu souhaites progresser en course à pied en faisant à peu près tes mêmes entrainements, ou en modifiant légèrement leurs contenus, tu as très peu de chance que cela soit suffisant.

On pense, à tort, que si on change le plan d’entrainement de 3 mois pour un objectif, cela sera suffisant.

Ce n’est pas en trois mois que tu vas y arriver.

Alors certes, tu peux améliorer tes performances.

Mais tu ne tiendras pas sur l’année.

Un plan d’entrainement est encore plus performant si le reste du temps, tu « travailles » dans un sens.

Là aussi, prenons un exemple.

Tu souhaites améliorer ton chrono sur l’épreuve Y.

Tu as ton traditionnel plan de 3 mois.
Qu’il soit gratuit ou payant, on s’en fout un peu.

Ce plan peut te faire progresser.

Mais tu auras plus de chance, si tu prévois un enchainement comme celui-là :

– 2 mois de renforcement musculaire
– 2 mois où tu travailles ta vitesse de course
– Les 3 mois de ton plan

Ainsi, ton corps est mieux préparé, plus fort, plus rapide au moment que tu attaques ton plan.
Et après, avec ce plan, tu vas être au top pour le jour J.

Cela va crescendo.

Il est certain que tu obtiens de meilleurs résultats si tu suis une méthode sur toute l’année plutôt que sur seulement 3 mois.

Mais je te vois venir sur tes gros sabots 🙂

Tu n’as peut-être pas le temps de mettre une méthode en place sur toute l’année.

Tu ne sais peut-être pas quelles séances d’entrainement réaliser pour avoir des muscles plus forts.
Ni ce que tu dois faire pour faire progresser ta vitesse.

Ou tu ne souhaites pas te plonger dans les livres running, les études scientifiques pour parfaire tes connaissances sur ce sujet.

Car tu sais alors que cela va te prendre beaucoup trop de temps.
(sans compter que l’issue est toujours incertaine quand on teste de nouvelles méthodes)

Et du coup, tu préfères rester dans une routine que tu maitrises mieux.

Même si tu dois faire toujours les mêmes entrainements, qui finissent par te lasser.

C’est un cercle vicieux.

Car tu aimerais du changement, mais tu ne sais probablement pas comment t’y prendre.

Et il y a une SOLUTION !

J’ai une méthode à te faire découvrir : la méthode Rubik.

Cette semaine, on va être focus sur les changements que tu peux apporter dans ton quotidien.

Pour faire de 2019 ta meilleure année running.

Et laisser le diable dans son enfer.

Bon run

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :
(mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec la méthode Rubik)

banniére1

Auteur : Jean-Marc

Jean-Marc possède une solide expérience de la course à pied. Plus de 20 ans de pratique qui l’ont conduit du macadam parisien aux chemins de l’Ile Maurice, en passant par les dunes tunisiennes, les montagnes françaises, ou encore les chemins tortueux de l’Ile de la Réunion. Sa pratique de la course à pied lui aura permis de goûter à plusieurs épreuves sportives dont certaines mythiques : 5 et 10 kilomètres, semi et marathons, trail et ultra trail, courses horaires, kilomètre vertical, courses par étapes… Il anime régulièrement les Blog Testeurs Outdoor et Running-et-trail.net, il intervient aussi de temps en temps sur d’autres sites web pour prodiguer conseils et commentaires aux internautes.