Comment une montre GPS a mis un tueur en prison !

Histoire vraie…

Cela s’est passé en Angleterre.

Dans la région de Manchester plus précisément.

Et ce n’est pas un simple meurtre.

C’est même un double meurtre !

Ce tueur a du coup été condamné à perpuituiter.

Avant ?

Il était soupçonné de ce double meurtre.

Mais la Police manquait de preuves.

Et les policiers ont eu une idée géniale.

Sur plusieurs photos, ils ont vu que le gars en question avait une montre GPS.

Une Garmin Forerunner.

Et c’était un coureur assidu.

Donc, comme beaucoup d’entre nous, il ne quitte jamais sa montre.

Les policiers sont alors allés perquisionner chez lui.

Ils ont récupéré la montre GPS.

Puis, ils ont extrait les données.

Ainsi, ils sont arrivés à prouver la préméditation avec les trajets de reconnaissance avant le double meurtre.

Et bien sûr, ils ont prouvé sa présence sur les lieux du crime le jour J.

Également, les montres connectées tout comme les applications sont aussi utilisées pour démasquer une arnaque à l’assurance.

Ou encore de déceler la tricherie d’une joggeuse lors d’un semi-marathon.

Mais dans notre pratique sportive, tu ne dois pas oublier ces principes.

Car avec ces joujoux connectés, on finit par les oublier.

Lesquels ?

Les montres GPS, c’est bien pratique.

Cela te fait de belles courbes graphiques, plein de statistiques aussi.

Tu reçois les notifications email, téléphone, SMS…

Sans compter les défis entre amis, le partage sur les réseaux sociaux.

Tout cela finit par faire commettre des erreurs aux runners.

J’avais d’ailleurs envoyé un email à ce sujet : Pourquoi les applications running c’est de la merde en boite… et pourquoi tes montres GPS ne font pas mieux !

(je peux te le renvoyer si tu le souhaites, il suffit de me le demander)

Mais revenons à ces principes.

Il y a un B-A-B-A du coureur…

Il n’est pas très compliqué.

Même un enfant de 8 ans pourrait le comprendre.
Et l’appliquer.

Car les connaitre ne suffit pas.

Très souvent, quand j’en parle à un runner, il me répond « oui, je sais » ou « je connais déjà ».

Du coup, je relance en demandant pourquoi il ne l’applique pas.

C’est parfois un peu crash.

Je le reconnais.

Mais je pense que c’est la meilleure façon de faire prendre conscience que si ce coureur se blesse, ou qu’il est déçu de ses performances, c’est aussi un peu de sa faute.
(parfois, beaucoup)

Un petit exemple pour finir cet email ?

Dernièrement, j’ai reçu un commentaire suite justement à un email envoyé à la newsletter.

Le gars est blessé aux genoux actuellement.

Et quand je le questionne, je trouve normal qu’il en soit ainsi.

Tu vas pouvoir me dire ce que tu en penses.

Cela fait 3 mois qu’il court. Il a un passé de sportif : natation et salle de musculation.

Mais que 3 mois en course à pied. Avant, il courait 1 fois par mois.

Maintenant, c’est 3 fois par semaine.

Et il a déjà fait 2 semi-marathons !
Ce qui inclut forcément des sorties longues d’environ 15 kilomètres à l’entrainement et des sorties à des allures plus soutenues.

Qu’en penses-tu ?
(tu peux me répondre, je suis curieux d’avoir ton avis)

C’est évident trop rapide.

Il n’y aucune notion de progressivité.

On peut préparer son corps à devenir un athlète.
Mais il faut lui laisser le temps de s’y préparer.

Dans ce cas-là, on notera une charge kilométrique trop rapide.

Et des séances trop longues avec de l’intensité.

L’idéal quand on débute est de commencer par des entrainements courts : 30 à 40 minutes avec une alternance de marche – course.

Ou si on a un passé sportif, uniquement en course à pied.

2 fois par semaine pour commencer.

Et si au bout de 3 mois, tout se passe bien, tu peux alors envisager plusieurs pistes :

– Mettre un peu d’intensité dans tes entrainements

– Augmenter le kilométrage en respectant la règle des 10 %.

– Rajouter une 3ème séance courte et uniquement courue en endurance.

Voilà quelques pistes que tu peux explorer.

Et si tu n’es pas un tueur en série, tu peux regarder ce pack de bonnes pratiques qui se trouve sur cette page en cliquant ici.

Tu vas y découvrir les 10 clés pour progresser sereinement, les 10 erreurs fatales à éviter.

En plus, il y a des guides pour ton matos de parfait runner.
Ainsi qu’un autre sur la nutrition.

Tu peux donc aller regarder si tu respectes ces conditions :

– Si tu n’envisages pas de tuer quelqu’un.

– Si tu comptes mettre en place la bonne routine du coureur, et ne pas faire que lire les conseils pour ne pas les appliquer.

Bon run

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :
(mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec le pack de guides running que je te propose)

banniére1

>