Comment profiter de l’euphorie des rameurs quand tu cours en groupe ?

Inspiré d’un article paru dans Sport et Vie.

C’est un sport qui a une conception proche de la course à pied.

Il se pratique en individuel.

Et parfois par équipe.

2 ou 4 rameurs qui doivent mettre en commun leur physique et leur technique pour faire avancer cette petite embarcation.

Ramer à plusieurs entraine une réaction en chaine plutôt surprenante.

Les scientifiques appellent cela le « rowers’ high ».
Ce que l’on traduit en français par l’euphorie des rameurs.

Ils décrivent ainsi le plaisir immense et le bien-être que nous ressentons intensément lorsque nous réalisons des mouvements synchrones avec d’autres personnes.

D’autres sports sont concernés…

Tu penses alors probablement aux sports collectifs.

Comme le rugby.

En 2015, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont tenté une expérience.

Ils ont proposé aux rugbymen de choisir entre un échauffement en solo, en groupe non synchrone et enfin en groupe synchrone.

C’est le dernier groupe qui a eu les meilleurs résultats et qui a été plus performant !

Même si la course à pied est un sport très individuel, nous recherchons aussi à connaitre l’euphorie des rameurs.

Mais comment en profiter pleinement lorsque tu cours en groupe ?

Car les entrainements en commun qui ont lieu en club ou association sont nombreux.
Et aussi les coureurs aiment se retrouver en dehors de tout cadre.

Je te propose de voir quelques pistes pour améliorer l’euphorie des rameurs.

Commençons par l’échauffement…

Très souvent, le « courir groupé » est bien respecté.

Les coureurs de niveaux différents restent ensemble.

Il faut quand même éviter que le groupe se scinde en 2 ou 3, et que les écarts soient trop importants.

Sinon l’euphorie des rameurs est déjà cassée.

Si des exercices pour chauffer ta machine et monter en température sont proposés, en général, tout le monde le fait ensemble.

C’est très bien.

Ensuite arrive le corps de la séance avec par exemple les séries de fractionnés…

Si c’est autour d’une piste, tout le monde se voit même si les écarts sont importants.

Par contre, si cela est pratiqué sur des chemins ou sur une route, c’est plus compliqué.

Et je l’ai constaté pas plus tard que dimanche dernier.

Je courais dans un bois et j’ai croisé plusieurs coureurs en pleine séance de VMA.
(je pense que c’est un club ou une association)

Il y avait plusieurs groupes, mais aussi pas mal qui était seul.
Comme abandonné par le reste de l’équipe.

La solution à envisager se situe durant la période de récupération.

Les meilleurs doivent tout simplement faire demi-tour pour « récupérer » les moins bons.

Ou du moins, sur une partie de la récupération, car si elle est trop courte, cela ne sera pas possible.

L’idéal étant bien sûr que tout le monde reparte sur le temps d’effort suivant en étant tous ensemble.

On peut aussi tenter de pallier à ce problème en définissant une boucle.
500 – 600 mètres maximum.
Cela aide aussi à se retrouver.

Maintenant, passons à la dernière étape d’un entrainement bien réussi…

Je veux parler du retour au calme, le dernier petit temps de footing avant l’arrêt total de la séance.

Je reprends l’exemple du groupe du dimanche que j’ai croisé.

Cela a été bien fait dans l’ensemble.
Mais pas totalement.

Ce dernier moment de la séance doit se faire en groupe.
Tous ensemble.

Il ne doit pas rester un seul coureur à l’écart.

Bonifier encore plus l’euphorie des rameurs ?

C’est possible !

Notamment sur les compétitions.

Durant l’échauffement par exemple.
(à condition de faire un vrai échauffement, et pas juste un footing avec du papotage entre amis)

Quel que soit le niveau ou la perf recherché, le faire en groupe t’apportera plus de bénéfices qu’un échauffement en solo.

Je pense qu’il y a là un véritable axe de progression.

Car c’est rarement pratiqué dans cette optique.

Tu le vois certainement si tu participes à des épreuves.

Ça court dans tous les sens.

Parfois par petit groupe de 2, 3 ou 4 personnes.
(qui sont plutôt en mode papotage)

Mais tu ne verras jamais un échauffement collectif digne de ce nom.

En tout cas, je n’en ai jamais vu.

Souhaites-tu maintenant profiter de cette euphorie des rameurs ?

Ce soir, je fais une présentation en ligne dans le groupe Courir Serein sur Facebook.

Voilà le menu qui t’attend :

5 symptômes du surentrainement.
Parce que le détecter t’évite de longs mois de galères.

3 clés pour l’éviter.
Comme le ferait Superman en évitant les missiles envoyés par un méchant.

Et les questions-réponses en direct avec toi.

Tout se déroule par là.

A ce soir !

Bon run,

Jean-Marc, Coureur, Entraineur, Auteur

Nota : si tu souhaites avoir le VRAI Mindset du coureur,
il y a ce pack de guides running pour toi.
Aucun plan d’entrainement dedans. Uniquement les principes à appliquer qui font que tu vas progresser.
Tu peux découvrir ce pack en suivant ce lien.

Nota : tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :
(mais ta progression sera beaucoup moins rapide qu’avec le pack que je te propose ci-dessus)

banniére1

Auteur : Jean-Marc

Jean-Marc possède une solide expérience de la course à pied. Plus de 20 ans de pratique qui l’ont conduit du macadam parisien aux chemins de l’Ile Maurice, en passant par les dunes tunisiennes, les montagnes françaises, ou encore les chemins tortueux de l’Ile de la Réunion. Sa pratique de la course à pied lui aura permis de goûter à plusieurs épreuves sportives dont certaines mythiques : 5 et 10 kilomètres, semi et marathons, trail et ultra trail, courses horaires, kilomètre vertical, courses par étapes… Il anime régulièrement les Blog Testeurs Outdoor et Running-et-trail.net, il intervient aussi de temps en temps sur d’autres sites web pour prodiguer conseils et commentaires aux internautes.

Laisser un commentaire